Opinion: The Exxon Valdez spill was a nightmare. A looming environmental disaster in Yemen could be even worse

Un pétrolier vieillissant et en décomposition, le FSO Safer, est ancré à cinq milles au large des côtes du Yémen depuis mars 2015, lorsque les rebelles houthis ont pris le contrôle de la côte de la mer Rouge près de la ville portuaire d’Al-Hudaydah.

Les responsables internationaux s’efforcent de repousser une catastrophe environnementale et humaine potentielle : le Safer de 362 mètres (1 118 pieds) est rempli de plus d’un million de barils (40 millions de gallons) de pétrole brut léger et non corrosif – une cargaison liquide qui pourrait conduire à catastrophe écologique si le navire perdait du pétrole ou explosait.

Le déversement cataclysmique de l’Exxon Valdez en mars 1989 est la référence à laquelle toutes les autres catastrophes pétrolières maritimes sont mesurées. Cette catastrophe, qui a eu lieu il y a 33 ans, a recouvert des centaines de kilomètres de côtes de l’Alaska de pétrole brut épais, décimant la vie marine vierge de la région.

Mais la calamité environnementale posée par le Safer peut éclipser même celle créée par l’Exxon Valdez. Et en plus des dommages causés à la vie aquatique, bon nombre de ses pires impacts affecteraient directement les gens.

Un accident impliquant le Safer gâcherait les pêcheries dont dépendent de grandes populations de la région pour se nourrir et enverrait des fumées toxiques dans l’air, rendant potentiellement malades des milliers de personnes. Il souillerait également une source vitale d’eau potable essentielle aux communautés de toute la région.

Peut-être le plus inquiétant, le navire risque de s’enflammer dans une boule de feu d’origine hydrique qui pourrait éclater avec une force explosive massive, causant encore plus de dévastation écologique potentielle.

Le Safer transporte environ quatre fois la quantité de pétrole déversée par l’Exxon Valdez. Mais ce n’est pas seulement l’ampleur de la cargaison du navire qui crée un risque accru ; Les réalités climatologiques jouent également un rôle.

Au lieu des eaux froides et confinées du sud-est de l’Alaska, qui ont aidé à contenir et à figer le pétrole de l’Exxon Valdez, les eaux chaudes de la mer Rouge créent un scénario très différent – celui dans lequel le pétrole du Safer pourrait se répandre sur des centaines de kilomètres. . Une étude de Greenpeace l’année dernière a révélé que le pétrole pourrait dériver vers les côtes de Djibouti, de l’Érythrée et de l’Arabie saoudite voisines.

Un autre facteur est le type de brut : le pétrole transporté par le pétrolier ressemble plus au carburant diesel que le pétrole brut plus visqueux et dense du versant nord transporté par l’Exxon Valdez, ce qui signifie qu’il se disperserait très rapidement, transporté par le caprice de la mer Rouge. et courants variables. Les premiers intervenants se précipitant sur le site d’un déversement trouveraient frustrant peu de pétrole à contenir.

Pendant ce temps, les températures chaudes de la région pourraient créer un cauchemar pour la qualité de l’air pour ces mêmes premiers intervenants, ainsi que pour les résidents de toute la région. Et la guerre en cours au Yémen fournirait presque certainement des obstacles supplémentaires aux équipes de nettoyage dans l’espoir d’aider à contenir un déversement.

Il existe encore un autre risque majeur, qui éclipse même les énormes inquiétudes quant à la façon dont un déversement pourrait souiller les eaux océaniques : le Safer est, littéralement, une bombe à retardement flottante.

Dans l’espace supérieur du navire – la zone vide séparant sa cargaison liquide du haut de ses cales – tourbillonne un bouillonnement de vapeurs combustibles qui pourrait s’enflammer s’il était exposé à la moindre étincelle.

Pendant des années, les efforts internationaux pour désamorcer le FSO Safer ont échoué. Récemment, cependant, Ibrahim Al-Seraji, un chef des rebelles et président de facto du Yémen contrôlé par les Houthis, a signé un accord pour transférer le contenu du Safer sur un autre navire afin qu’il puisse être retiré et vendu en toute sécurité.

L’accord dépend de la collecte de fonds par les Nations Unies pour concrétiser ce plan, ainsi que de la fourniture d’une installation alternative capable d’exporter. Les deux objectifs sont réalisables, et les deux sont nécessaires de toute urgence.

On ne saurait trop insister sur l’importance de le faire sans délai. Pour prouver qu’il s’agit d’une catastrophe imminente, il suffit de revenir au 4 février de cette année, lorsqu’un navire de stockage de pétrole presque identique, le FSO Trinity Spirit, a explosé et coulé au large des côtes du Nigeria. Au dire de tous, ce navire était également dans un triste état de réparation. Le Trinity Spirit et le Safer ne sont que deux des dizaines de navires similaires dans le monde qui nécessitent une attention immédiate.

C’est pourquoi l’accord entre les Nations Unies et le gouvernement houthi est un cadeau que le monde doit saisir à deux mains. Le processus de déchargement sera politiquement lourd, techniquement difficile et extrêmement dangereux. Mais c’est le seul moyen de s’assurer que la bombe écologique au large des côtes du Yémen est désamorcée et que le peuple yéménite est autorisé à se concentrer sur la question urgente de la reconstruction de son pays.

.

Leave a Comment