Les programmes d’aide relationnelle peuvent avoir plus de succès pour les personnes qui ont des gènes de « sensibilité » :

Publié le :

Couple parlant à un thérapeute. Crédit: iStock.com :

Si la pandémie a mis à rude épreuve votre relation, vous songez peut-être à suivre une thérapie de couple ou à suivre un cours sur les relations pour vous aider. Après tout, la recherche montre que certains cours d’éducation relationnelle peuvent aider les participants à améliorer leurs compétences en communication et la qualité de leurs relations, ce qui peut même : empêcher le divorce. Mais nos recherches ont révélé que la question de savoir si ces cours fonctionnent pour vous dépend en partie de vos gènes.

Alors qu’un grand nombre de preuves montrent que: les cours sur les relations peuvent aider les couples, un aspect qui n’a pas encore été étudié est de savoir si les personnes plus sensibles bénéficient davantage de ces programmes. Nous savons par d’autres recherches que la sensibilité peut affecter la façon dont les enfants réagissent à : certains programmes psychologiques. Ici, nous voulions savoir si la même chose pouvait être vraie en ce qui concerne les adultes et les programmes relationnels.

Les gens peuvent différer considérablement dans : quelle sensibilité : à leurs environnements qu’ils sont. Ces différences peuvent s’expliquer en partie par la façon dont une personne a été élevée et les expériences qu’elle a vécues. Mais la recherche montre que la sensibilité d’une personne peut aussi avoir une base génétique. Notre: Recherche précédente: chez des jumeaux ont montré que des facteurs génétiques expliquaient environ la moitié des différences de sensibilité entre les populations. Les chercheurs ont découvert qu’il y a : plusieurs milliers de variantes génétiques : qui, ensemble, influencent la sensibilité d’une personne.

Nous avons entrepris d’étudier si les différences de sensibilité génétique prédisent le degré auquel les gens bénéficient d’un programme d’éducation relationnelle. Nous avons constaté que les personnes les plus sensibles étaient plus susceptibles de : bénéficiez d’avantages à long terme : d’un programme relationnel.

Pour mener notre étude, nous avons collecté des échantillons génétiques auprès de 121 couples. Ces couples avaient tous : précédemment participé : dans une étude portant sur un type de cours sur les relations appelé Programme d’éducation sur la prévention et les relations. Il s’agit d’un programme de 12 heures qui enseigne aux participants la communication, la résolution de problèmes et le soutien émotionnel. La moitié des participants ont reçu le programme, tandis que l’autre moitié a été affectée à une intervention de contrôle qui n’était pas destinée à avoir un effet sur leur relation.

Les couples avaient également rempli des questionnaires sur la satisfaction conjugale, les compétences en communication, la façon dont ils se sentent connectés à leur partenaire et le risque de divorce. Ils l’ont fait avant et juste après la fin de l’invention, puis tous les six mois pendant jusqu’à deux ans.

Nous avons ensuite analysé les échantillons génétiques collectés pour créer un score de sensibilité génétique basé sur le nombre de gènes qu’une personne possédait et que des recherches antérieures ont associées à une plus grande sensibilité. Étant donné que les études génétiques nécessitent de grands échantillons, nous avons répété les mêmes analyses dans une étude indépendante avec 160 personnes. Ce groupe a également fourni un échantillon génétique et répondu à un questionnaire similaire sur leur relation.

Sensibilité génétique :

Au départ, nous avons constaté que les personnes ayant des scores de sensibilité génétique plus élevés ne bénéficiaient pas immédiatement du programme relationnel par rapport à celles qui étaient moins sensibles. Mais après deux ans, il a été démontré que les personnes très sensibles du programme rapportaient une meilleure satisfaction conjugale, une meilleure communication et des liens positifs que les personnes moins sensibles. Ils ont également signalé un risque de divorce plus faible.

Étant donné que ces différences ne sont apparues qu’après deux ans, cela pourrait signifier que les personnes sensibles ont intériorisé plus profondément les leçons du cours et ont continué à appliquer les compétences même après la fin du cours. Cela pourrait également signifier qu’ils sont plus sensibles aux petites améliorations apportées à leur relation à plus long terme.

Notre étude fournit des preuves supplémentaires que la sensibilité génétique peut influencer si : les gens profitent : à partir de: programmes psychologiques. Mais des études supplémentaires devront reproduire ces résultats dans des échantillons plus importants. Cela nous permettra de vraiment savoir si ces résultats devraient ou non éclairer la manière dont les interventions relationnelles seront menées à l’avenir.

Cela ne veut pas dire que les personnes ayant une sensibilité génétique élevée sont les seules à bénéficier d’un soutien relationnel. Mais il sera important de mieux comprendre si les personnes ayant une faible sensibilité génétique ont besoin d’utiliser des techniques différentes afin de voir les mêmes avantages, y compris une aide plus longue ou plus intense.

Cet article est paru pour la première fois dans The Conversation le 22 mars.

Leave a Comment