Les étrangers interdits de vendre des actions russes alors que le marché est prêt pour une réouverture limitée

23 mars (Reuters) – La Russie prévoit de reprendre jeudi la négociation d’actions après une interruption de près d’un mois, avec 33 titres en roubles à négocier à la Bourse de Moscou. Les non-résidents devront cependant attendre – ils ne pourront pas vendre d’actions et d’obligations en roubles OFZ jusqu’au 1er avril.

Le commerce des blue chips, y compris les prêteurs d’État Sberbank (SBER.MM) et VTB (VTBR.MM), les majors de l’énergie Rosneft (ROSN.MM) et Gazprom (GAZP.MM), aura lieu entre 06h50 et 11h00 GMT, avec de courtes vente interdite, a annoncé mercredi la banque centrale.

Les actions russes ont été négociées pour la dernière fois à la Bourse de Moscou le 2 février. 25. La banque centrale a ensuite freiné les échanges alors que les sanctions occidentales concernant les événements en Ukraine jetaient les marchés dans la tourmente.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Jusqu’au 1er avril, les investisseurs étrangers sont autorisés à effectuer des opérations pour réduire leurs obligations, y compris des accords de mise en pension et des accords avec des instruments dérivés, mais pas pour vendre des actions ou des bons du Trésor en rouble OFZ, a déclaré la Bourse de Moscou.

La banque centrale a commencé à acheter des bons du Trésor en roubles OFZ pour soutenir le marché de la dette intérieure lors de sa réouverture lundi, et le ministère des Finances a déclaré qu’il prévoyait de dépenser 1 000 milliards de roubles pour acheter des actions d’entreprises russes.

La réouverture limitée du MOEX intervient après que la SPB Exchange (SPBE.MM), la deuxième plus grande bourse de Russie, a partiellement redémarré le commerce des actions étrangères lundi, permettant la négociation des 15 actions les plus liquides, dont Apple (AAPL.O) , Amazon (AMZN.O), Boeing (BA.N) et Alphabet (GOOGL.O).

À partir de mercredi midi, SPB Exchange a autorisé l’achat et la vente de titres de 1 639 autres sociétés étrangères par des acteurs du marché national, dont la plupart sont des résidents russes qui utilisent la plateforme pour négocier des actions étrangères.

Les transactions et les règlements sont effectués en dollars américains, mais les fonds resteront sur les comptes de courtage et ne pourront pas être encaissés au milieu des sanctions occidentales contre la Russie et des contrôles de capitaux que Moscou a introduits en représailles, a indiqué la bourse.

TOMBER EN PERTE

La négociation des obligations d’État OFZ a redémarré lundi, la centrale achetant des papiers OFZ dans le but de limiter la volatilité.

Les rendements de certains OFZ, y compris les bons du Trésor à 10 ans de référence, ont grimpé à près de 20%, ou le taux d’intérêt de référence de la banque centrale, lundi, avant de se stabiliser entre 14% et 17% les jours suivants. Lire la suite

La volatilité a laissé certains acteurs exposés à des pertes, selon Univer Capital, une société de courtage russe de taille moyenne, et qui a fait face lundi à une vente obligatoire des OFZ qu’elle détenait pour le compte de ses clients par le National Clearing Center (NCC) russe.

Artyom Tuzov, directeur exécutif du département des marchés de capitaux chez Univer Capital, a déclaré que la baisse des prix de l’OFZ, qui évolue à l’inverse des rendements, a déclenché des appels de marge et une pénurie de liquidités à la maison de courtage en conséquence.

“NCC a bloqué la limite de négociation de la société et … vend des actifs (de notre OFZ). La limite de négociation sera débloquée après la fin de la vente (obligatoire)”, a déclaré Tuzov à Reuters.

NCC vendait des OFZ détenus par Univer Capital à des rendements compris entre 17% et 20% contre 15% en moyenne sur le marché ce jour-là, selon une note interne d’Univer Capital vue par Reuters et confirmée par Tuzov.

En conséquence, près d’une centaine de clients d’Univer ont subi des pertes combinées de 174 millions de roubles (1,7 million de dollars), indique le mémo.

“Toutes les opérations de NCC visent à limiter les risques systématiques afin que les émissions d’une seule société de courtage ne débordent pas sur l’ensemble du marché”, a déclaré la Bourse de Moscou, société mère de NCC, dans un communiqué.

Contrairement aux banques qui sont soutenues par la banque centrale via des enchères repo avec des billions de roubles proposés, les maisons de courtage n’ont pas accès aux fonds publics pour reconstituer les liquidités, a déclaré Alexei Timofeyev, chef du lobby boursier russe NAUFOR.

“Malheureusement, le mécanisme de mise en pension pour les courtiers et qui a été développé (par la banque centrale) après 2008 n’est pas entré en vigueur, ce qui place les courtiers qui ne font pas partie de grands groupes bancaires dans une position pire que les prêteurs”, a-t-il déclaré.

Aton et Finam, deux autres grandes maisons de courtage russes, ont toutes deux déclaré disposer de suffisamment de liquidités, mais Finam a ajouté qu’un petit nombre de ses clients ont également fait face à des appels de marge après la réouverture du marché OFZ.

“Les appels de marge sont inévitables demain (lorsque la bourse rouvrira), le marché a radicalement changé”, a déclaré Timofeyev de NAUFOR, ajoutant que les sociétés de courtage ont tenté de se préparer en fermant certaines de leurs positions.

La négociation sur le marché des dérivés avec des contrats à la Bourse de Moscou et des actions individuelles, incluses dans l’indice de la Bourse de Moscou, aura lieu de 10h00 à 14h00 (07h00 à 11h00 GMT) au format habituel, a annoncé mercredi la banque centrale.

Il a déclaré que le régime commercial pour les jours suivants serait annoncé à une date ultérieure.

(1 $ = 100 4345 $)

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Reuters ; Montage par Andrew Heavens, Alison Williams et Hugh Lawson

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

.

Leave a Comment