Lancement du satellite ougandais PearlAfricaSat-1 vers l’ISS en août

Le PearlAfricaSat-1 via Bonny Omara sur Twitter

L’Ouganda a achevé le développement de son premier satellite, rapprochant les aspirations du pays en matière d’espace extra-atmosphérique et de technologie spatiale. En avril 2020, l’Ouganda a entamé la voie du lancement de son premier satellite dans l’espace en envoyant trois étudiants diplômés suivre une formation en conception, fabrication et test de satellites dans le cadre d’un programme mondial lancé en 2015 par le Kyushu Institute of Technology au Japon.

Le mardi 10 mai 2022, les trois élèves, à savoir ; Edgar Mujuni, Derick Tebusweke et Bonny Omara ont terminé avec succès leur travail sur un satellite de 10 mètres cubes nommé PearlAfricaSat-1, qu’ils ont maintenant remis à l’Agence japonaise d’exploration aérospatiale (JAXA) pour les tests finaux.

Le Dr Monica Musenero, ministre de la Science, de la Technologie et de l’Innovation, a noté que la JAXA effectuerait, dans les cinq à huit prochains jours, des tests sur le premier satellite ougandais et le remettrait à la National Aeronautics and Space Administration (NASA) des États-Unis d’Amérique. ) ) pour le transport vers la station spatiale internationale. Le satellite se déploiera ensuite de l’ISS en orbite terrestre basse, provisoirement en août de cette année.

“Ces étudiants ont achevé le développement de ce satellite, et ce matin, nous avons participé à distance à un événement au bureau du Premier ministre où le gouvernement ougandais, représenté par l’ambassadeur du pays au Japon, a remis ce satellite à l’Agence spatiale japonaise pour finaliser certains des tests et ces tests seront effectués dans environ cinq jours, puis il attendra son lancement avec d’autres satellites par la NASA en août », a déclaré Musenero.

Les ingénieurs ont conçu PearlAfricaSat-1 pour fournir des données de recherche et d’observation dans six domaines principaux. Ces zones comprennent les prévisions météorologiques ; cartographie des terres, des eaux et des minéraux ; surveillance agricole; planification des infrastructures; la sécurité des frontières et la prévention des catastrophes.

Les missions principales de PearlAfricaSat-1 sont une charge utile de caméra multispectrale. La mission de la caméra multispectrale fournira des images d’une résolution d’environ 20 mètres pour l’Ouganda afin de faciliter l’analyse de la qualité de l’eau, de la fertilité des sols, de l’utilisation des terres et de la couverture. Le satellite jouera un rôle vital dans les opérations pétrolières et gazières en surveillant l’oléoduc de pétrole brut d’Afrique de l’Est. Cela permettra des prévisions météorologiques précises en collectant des données de capteurs à distance pour prévoir les glissements de terrain et la sécheresse. Une fois le satellite en orbite, une station au sol ougandaise surveillera son état de santé pendant quelques jours avant de commencer à remplir sa mission.

En 2019, le ministre ougandais des sciences, de la technologie et de l’innovation a annoncé que le pays avait réservé un budget pour le développement des capacités dans le domaine du développement des satellites, qui verra le pays lancer son premier satellite d’ici 2022. De plus, l’Ouganda a des plans construire un deuxième satellite en Ouganda tout en développant les capacités des jeunes ingénieurs locaux. L’Ouganda a l’intention de lancer ce deuxième satellite d’ici la fin de 2024.

Alors que les dates de lancement prévues se rapprochent, Musenero a noté qu’ils avaient commencé à effectuer des évaluations préliminaires pour redévelopper la station satellite terrestre de Mpoma. Le ministre a ajouté que si le réaménagement attendu de Mpoma sera un projet important, dans l’intervalle, un groupe d’Ougandais installera des terminaux de détection. Ce groupe d’Ougandais comprendra les étudiants susmentionnés car la station facilitera la communication avec le satellite dans l’une des structures existantes. Bien que le ministre ait noté que le gouvernement n’avait pas encore fourni le montant d’argent prévu pour le réaménagement, des sources locales ont appris que le gouvernement avait mis de côté 200 000 USD (environ 716,3 millions de shillings) pour améliorer les infrastructures de la gare.

La station relèvera des Forces de défense du peuple ougandais (UPDF), d’Uganda Telecom Limited (UTL) et du programme spatial du ministère des Sciences, de la Technologie et de l’Innovation.

Leave a Comment