Lake Powell plunges past a level that water managers sought to protect

Les niveaux d’eau du lac Powell frappé par la sécheresse sont tombés en dessous d’une altitude que les gestionnaires de l’eau s’étaient battus pour protéger, plongeant au-delà d’un tampon destiné à protéger la production hydroélectrique.

Pour la première fois depuis que l’eau est montée derrière le barrage de Glen Canyon dans les années 1960, la surface du lac est tombée en dessous de l’altitude 3 525 mardi, a annoncé mercredi matin le Bureau of Reclamation des États-Unis. Le barrage peut encore produire de l’électricité jusqu’à une altitude de 3 490, mais des eaux moins profondes réduisent la pression et la capacité de la centrale électrique, et de nouvelles baisses pourraient endommager les turbines.

Le nouveau creux reflète la poursuite du sale boulot de la pire sécheresse de la région en 1 200 ans, une qui s’est aggravée en une méga-sécheresse, selon les scientifiques. La forte demande en eau d’une population régionale croissante et les effets du réchauffement climatique promettent de continuer à défier les gestionnaires de l’eau pour consolider le deuxième plus grand compte d’épargne du fleuve Colorado.

Leave a Comment