Laissez la terre en bon état que d’explorer la planète extraterrestre : Madras HC

Il vaut mieux laisser la Terre en bon état que d’explorer une planète extraterrestre, a observé la Haute Cour de Madras.

Le tribunal a fait ces observations mercredi tout en disposant d’un lot de requêtes en révision pénale, qui contestaient les ordonnances rendues par un tribunal inférieur de Nagapattinam qui avait rejeté leur demande de restitution des véhicules qui auraient été saisis en raison du transport de sable extrait illégalement.

🗞️ Abonnez-vous maintenant : obtenez Express Premium pour accéder aux meilleurs rapports et analyses sur les élections 🗞️

“La terre mère est notre patrimoine, que nous avons hérité de nos générations passées sans trop de dommages et en fait avec de nombreux développements, pour profiter de tous ses trésors en conservant toutes ses qualités et ne faisant aucune dégradation sous couvert de développement, pour être accordé à nos générations futures. Alors que les géologues proclament que l’âge de la terre, où nous vivons actuellement, est de 4,543 milliards d’années, ils expliquent qu’il est de notre responsabilité de laisser cette planète dans un meilleur état pour les générations futures que nous ne l’avons trouvée, plutôt de fermer les yeux sur la cruauté commise envers notre précieuse terre et sommes fiers de notre recherche d’une planète extraterrestre avec au moins une infrastructure en dépensant d’énormes sommes d’argent pour survivre à nouveau. »

« Dans la génération actuelle, le taux de détérioration est à un nouveau rythme. Nous voyons des rivières pérennes qui jadis coulaient avec de l’eau propre sont maintenant converties en canaux de drainage pour transporter les effluents », a déploré le juge AD Jagadish Chandra.

Les pétitionnaires ont soutenu que si les véhicules capturés sont laissés inutilisés à l’air libre et exposés à toutes les conditions météorologiques, leur valeur diminuerait, ce qui leur causerait de lourdes pertes monétaires. Ils ont demandé la libération immédiate des véhicules.

Le procureur de l’État, Hasan Mohammed Jinnah, a affirmé que les véhicules faisaient l’objet d’une procédure de confiscation. Si les véhicules devaient être libérés, les pétitionnaires se livreraient aux mêmes activités illégales.

Le juge a déclaré qu’en l’espèce, les données produites par le PP montraient que dans tous les cas, une procédure de confiscation avait déjà été engagée. “Par conséquent, cette cour est d’avis que dans l’intérêt de la justice, il suffirait qu’une instruction soit donnée pour la conclusion de la procédure de confiscation dans un délai”, a ajouté le juge et a en conséquence ordonné à l’autorité concernée de conclure la confiscation. procédure dans les six mois.

.

Leave a Comment