équipe de cosmonautes russes arrive à la Station spatiale internationale | Nouvelles de l’espace

Le décollage a marqué le premier lancement d’un équipage spatial depuis que la Russie a lancé une invasion de l’Ukraine le 24 février.

Trois cosmonautes russes sont arrivés en toute sécurité à la Station spatiale internationale (ISS), amarrant leur capsule Soyouz à l’avant-poste pour une mission qui poursuit une présence russo-américaine partagée de 20 ans en orbite malgré les tensions suscitées par l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Le rendez-vous a eu lieu environ trois heures et dix minutes après que le vaisseau spatial Soyouz transportant la nouvelle équipe de cosmonautes a décollé vendredi du cosmodrome russe de Baïkonour au Kazakhstan.

L’amarrage, confirmé à 19h13 GMT, a eu lieu alors que Soyouz et la station spatiale volaient à environ 420 km (250 miles) au-dessus de l’est du Kazakhstan, selon la NASA.

Le commandant de Soyouz, Oleg Artemyev, a dirigé l’équipe, rejointe par deux recrues des vols spatiaux, Denis Matveev et Sergey Korsakov, dans le cadre d’une mission scientifique qui devrait durer 6,5 mois.

La station est exploitée par un partenariat dirigé par les États-Unis et la Russie, comprenant le Canada, le Japon et 11 pays européens. [File: NASA/Roscosmos/Handout via Reuters]

Le lancement a été diffusé en direct par NASA TV et sur le site Web de l’agence spatiale américaine.

Environ 2,5 heures après le début du vol, le Soyouz est devenu visible depuis la station spatiale sous la forme d’un minuscule point noir de plus en plus gros à mesure qu’il se rapprochait, a montré la diffusion Web de la NASA.

Les trois cosmonautes rejoindront l’équipage actuel de sept membres de la station pour remplacer trois qui doivent revenir sur Terre le 30 mars – les cosmonautes Pyotr Dubrov et Anton Shkaplerov et l’astronaute américain de la NASA Mark Vande Hei.

Restent à bord de l’ISS avec les nouveaux arrivants jusqu’à la prochaine rotation deux mois plus tard, trois astronautes de la NASA – Tom Marshburn, Raja Chari et Kayla Barron – et son coéquipier allemand Matthias Maurer de l’Agence spatiale européenne.

Ces quatre membres d’équipage sont arrivés ensemble en novembre à bord d’un vaisseau SpaceX Crew Dragon lancé depuis le Kennedy Space Center de la NASA en Floride pour commencer un séjour de six mois en orbite.

Lancée en 1998, la plate-forme de recherche en orbite à quelque 400 km (250 miles) au-dessus de la Terre a été occupée en permanence depuis novembre 2000 tout en étant exploitée par un partenariat dirigé par les États-Unis et la Russie, comprenant le Canada, le Japon et 11 pays européens.

Cependant, la guerre en Ukraine a entraîné l’annulation de lancements d’engins spatiaux et la rupture de contrats, et le chef de Roscosmos, Dmitri Rogozine, a averti que les États-Unis devraient utiliser des “balais” pour voler dans l’espace après que la Russie a annoncé qu’elle cesserait de fournir des moteurs de fusée aux entreprises américaines.

Beaucoup craignent que Rogozin ne mette en péril des décennies de partenariat pacifique hors planète, notamment à la Station spatiale internationale.

L’administrateur de la NASA, Bill Nelson, a minimisé les commentaires de Rogozin, déclarant à l’agence de presse Associated Press : « C’est juste Dmitry Rogozin. Il jaillit de temps en temps. Mais en fin de compte, il a travaillé avec nous.

« Les autres personnes qui travaillent dans le programme spatial civil russe, ce sont des professionnels. Ils ne manquent pas un battement avec nous, les astronautes américains et le contrôle de mission américain. »

.

Leave a Comment