Donna Kaz dit que William Hurt l’a maltraitée pendant des années

Cette histoire contient des descriptions de violence domestique et de viol.

La mort de l’acteur William Hurt a refait surface les affirmations des ex-partenaires Marlee Matlin et Sandra Jennings selon lesquelles il était physiquement violent envers les femmes de sa vie.

Maintenant, un autre ancien amant parle de son expérience d’avoir été battu par l’acteur oscarisé, dont la carrière a été épargnée par les histoires de violence cruelle.

Dans un essai pour Variétéécrivain et militante de la violence domestique Donna Kaz revit comment sa romance avec lui à la fin des années 1970 s’est transformée en torture qui n’a pris fin que lorsqu’il l’a larguée alors que sa carrière décollait.

Kaz dit qu’après leur rencontre dans un restaurant de Manhattan où elle travaillait, Hurt l’a invitée à l’accompagner à Los Angeles, où il tournait États modifiés.

« Nous vivions dans un bungalow sur la plage de Malibu. Pendant ses jours de repos, nous nageions, nous lisions de la poésie et faisions l’amour. Mais notre relation s’est rapidement transformée en un cycle différent », a-t-elle écrit.

“Bill craquait, me poussait physiquement, me frappait et me battait, suivi de larmes, d’excuses et il m’offrait des cadeaux coûteux. Quand les coups ont commencé, je les ai lâchés. Il a dit qu’il était désolé. Peut-être que je l’ai incité. Je n’ai dû me rendre qu’une seule fois aux urgences. Ce n’est qu’après de nombreuses années que j’ai admis que j’étais victime de violence domestique.

Kaz écrit qu’elle est restée en contact avec Hurt après sa rupture avec elle en 1980, ne réalisant jamais qu’elle avait été maltraitée jusqu’à ce qu’elle commence à se porter volontaire pour une ligne d’assistance téléphonique en cas de crise.

“Alors que d’autres volontaires se présentaient comme des survivants, j’ai compris que j’étais aussi une survivante”, a-t-elle écrit.

En 1989, Sandra Jennings, qui avait un enfant avec Hurt et le poursuivait pour palimonie, a allégué qu’il était physiquement et verbalement violent et l’avait «fracassé au visage» cinq jours après son accouchement.

“Il aurait un verre et il aurait un changement de personnalité”, a déclaré Jennings à l’époque. « Puis, quand il ne buvait pas pendant quelques jours, il devenait violent. J’ai commencé à le voir, et c’est pourquoi j’ai commencé à aller aux réunions Al-Anon. Mais il refusait absolument d’en parler à ce moment-là, ou d’y réfléchir.

En 2010, Matlin a rendu public ses histoires d’abus de la part de Hurt dans ses mémoires – rappelant comment il l’a réprimandée dans une limousine après qu’elle ait remporté un Oscar, lui demandant : “Qu’est-ce qui te fait penser que tu le mérites ?”

L’actrice Marlee Matlin dit que William Hurt l’a battue et violée.

Mario Anzuoni/Reuters

Mais Matlin a décrit une scène encore plus horrible qui, selon elle, s’est déroulée lorsque Hurt est rentré du Nouvelles diffusées mis ivre et l’a réveillée.

« La prochaine chose que j’ai su, c’est qu’il m’a sorti du lit, m’a crié dessus, m’a secoué. J’avais peur, je sanglotais. Puis il m’a jeté sur le lit, a commencé à arracher ses vêtements et les miens. Je pleurais. ‘Non non Non. S’il vous plaît Bill, non. La prochaine chose dont je me souviens, c’est que Bill s’est enfoncé en moi pendant que je sanglotais », a écrit Matlin.

De la dernière fois qu’il l’a battue, elle se souvient : « La lutte est devenue violente. J’avais peur de ne pas survivre. Je me suis libéré et j’ai couru vers le téléphone… Avant que je puisse dire quoi que ce soit, Bill a arraché le téléphone de ma main et l’a claqué. Elle l’a quitté après ça.

Hurt a nié avoir abusé de Jennings, mais à propos des accusations de Matlin, il a déclaré: «Mon souvenir est que nous nous sommes tous les deux excusés et que nous avons tous les deux fait beaucoup pour guérir nos vies. Bien sûr, je l’ai fait et je m’excuse pour toute douleur que j’ai causée. Et je sais que nous avons tous les deux grandi. Je ne souhaite que du bien à Marlee et à sa famille.

Hurt, qui luttait depuis plusieurs années contre le cancer de la prostate métastatique, est décédé le 13 mars, déclenchant une vague de distinctions. Kaz a dit qu’elle devait “empêcher sa mémoire de s’asseoir à côté de moi et de me maltraiter à nouveau”.

« En écrivant ceci, j’ai dû le laisser revivre un moment ou deux. Et à ce moment-là, il y avait du chagrin, des regrets, de la colère et un rêve de réconciliation qui ne sera jamais”, a-t-elle écrit.

“Je suis ambivalent que ma chance de réconciliation avec William Hurt ne le sera jamais. Je me sens chanceux d’avoir survécu et de l’avoir vaincu. Je suis ravi d’être encore en vie pour dire ma vérité.

.

Leave a Comment