A ‘love affair’ with French Quebec that led to a life in radio: Jeanette Kelly dies at 70

Jeanette Kelly était aussi à l’aise dans les murs tapissés de livres de la Société littéraire et historique de Québec – fondée en 1824 par le comte de Dalhousie et siège de l’ancien établissement anglo-saxon de Québec – qu’elle interviewait le chanteur pop québécois Coeur de Pirate, l’acteur Rémy Girard ou le créateur de mode français Jean Paul Gaultier.

Elle a amadoué des histoires d’artistes de cirque, de joueurs vidéo, d’icônes culturelles québécoises comme les cinéastes Denys Arcand et Denis Villeneuve, et de guitaristes déprimés comme Lance, un sans-abri qu’elle a rencontré lors d’un atelier d’art dans un centre d’accueil au sous-sol d’une église. au centre-ville de Montréal.

De la fin des années 1970, alors qu’elle quitte son programme de doctorat en littérature française à l’Université Laval pour occuper un poste de recherchiste à la radio de la SRC à Québec, jusqu’à sa retraite comme journaliste artistique à la SRC à Montréal en 2016, Kelly s’est donné pour mission de partager la riche scène culturelle du Québec avec les Canadiens anglophones.

Kelly, 70 ans, est décédée jeudi dans sa maison de Montréal, ses filles Jessica, Elsa et Paule et leurs familles à ses côtés.

“Elle faisait vraiment partie de l’histoire de CBC Radio dans cette province”, a déclaré vendredi la directrice régionale de CBC, Meredith Dellandrea, à l’émission de CBC Montréal. Aube.

Jeanette Kelly, à gauche, était la lectrice des nouvelles du matin et Jennifer Fry était l’animatrice de Québec AM de 1980 à 1983. (Soumis par Jennifer Fry / CBC)

Kelly est devenue la première animatrice de l’émission de radio de l’après-midi de Québec Se détacher en 1985.

“Elle a vraiment été une pionnière en apportant la richesse de la culture francophone du Québec au public anglophone”, a déclaré Barbara Uteck, la productrice exécutive de CBC qui a embauché Kelly pour animer Se détacher, ainsi que Radio Actif, une émission hebdomadaire sur la musique qu’écoutaient les Québécois, diffusée partout au Canada.

L’émission, au budget minime, a été enregistrée dans une régie exiguë au sous-sol de l’Auberge des Gouverneurs de Québec.

“L’un de mes meilleurs souvenirs est d’être assis à côté de Rocky [a CBC technician] Regarder et regarder et écouter pendant que Jeanette enregistrait Radio active», se souvient le producteur de longue date Robert Renaud.

“C’était une de ces émissions que CBC n’appuyait en rien, mais pour Jeanette, c’était une histoire d’amour – et sa chance de partager les joies de la musique française avec des auditeurs anglais d’un océan à l’autre.”

À Montebello, au Québec, en 2017, Jeanette Kelly a retrouvé certaines des personnes avec lesquelles elle travaillait à CBC à Québec dans les années 1980. Ce sont, de gauche à droite, Jennifer Fry, Marion Scott, Mary Hagerman, Martin Stringer, Jeanette Kelly et Stephen Hendrie. (Soumis par Mary Hagerman)

« Elle a compris sur le bout des pieds ce qu’était le Canada francophone », a déclaré David Gutnick, qui a travaillé avec Kelly en tant que chercheur sur Se détacher à Québec au milieu des années 1980.

« Elle était capable, comme animatrice, de raconter les histoires, de transmettre les émotions des francophones aux auditeurs anglophones. C’était nouveau. Le Québec anglophone changeait, s’ouvrait à ses voisins francophones, et Jeanette était l’une des forces derrière ce. ”

“La redevance radio”

Jeanette Kelly est née à Lambeth, en Ontario, juste à l’extérieur de London, l’aînée de six enfants. Elle a visité le Québec pour la première fois lors d’un voyage d’études secondaires.

“C’est à ce moment-là qu’elle est tombée amoureuse de la langue française et qu’elle voulait juste être avec elle”, a déclaré sa fille Paule Kelly-Rhéaume.

Jeanette Kelly a travaillé à CBC à Québec pendant les années 1980, puis a rejoint CBC à Montréal une décennie plus tard jusqu’à sa retraite en 2016. (Radio-Canada)

“Elle a essentiellement fait du Québec sa maison”, a déclaré son amie Mary Hagerman. “Elle connaissait tout de la scène culturelle de Québec.”

Hagerman a rappelé ses premières rencontres avec Kelly lorsqu’elle l’a rejointe à la gare de Québec dans les années 1980. Kelly était chic, belle, avec son propre sens du style.

“Je l’apercevais alors qu’elle flottait dans la salle de rédaction vêtue de vêtements que nous voulions tous porter, suivie d’un jeune Français mignon portant des piles d’albums. Elle ressemblait à la royauté de la radio.”

En 1986, Kelly a donné naissance à sa fille aînée, Jessica, et deux ans plus tard, ses jumeaux sont arrivés. Elle est restée à la maison avec les enfants dans leurs années préscolaires, ont déclaré ses filles. Ces années ont été remplies de musique, de théâtre et d’efforts artistiques.

“Elle cousait nos costumes d’Halloween et nos robes”, raconte Elsa Kelly-Rhéaume. « Elle nous a emmenés voir Les Mystères quand nous avions peut-être cinq ans. Elle jouait du piano, et nous chantions avec elle. »

En 1989, la famille a déménagé à Chelsea, au Québec, et Kelly a travaillé pour le ministère des Affaires intergouvernementales de l’Ontario en tant qu’analyste des politiques à Québec et à Ottawa. “Son travail consistait à rapprocher ces deux cultures”, a déclaré Elsa.

Jeanette Kelly de CBC essaie l’équipement Oculus Rift en 2015, pour visiter la bibliothèque Alexandrina. (Radio-Canada)

Kelly est retournée à CBC lorsque la famille a déménagé à Montréal à la fin des années 1990. Elle s’est investie dans son travail de journaliste artistique et culturelle, d’abord à la radio et plus tard, couvrant des sujets artistiques à la télévision et écrivant pour CBC.ca.

“Elle était un jeu pour n’importe quoi”, a déclaré Dellandrea, alors senior Aube producteur. “Nous l’avons eue une fois et [sports columnist] Doug Gelevan change de rythme. Elle a emmené Doug couvrir l’opéra, et Jeanette est allée couvrir un match des Canadiens. »

“Qu’il s’agisse de couvrir les nouvelles technologies dans les tissus intelligents à l’Université Concordia ou de parler à Arcade Fire ou à Oliver Jones, elle était simplement ravie de chaque personne avec qui elle allait sortir et parler”, a déclaré Dellandrea.

“Elle était vraiment curieuse des gens, et elle croyait fondamentalement que la créativité et la passion étaient les ingrédients d’une vie riche, d’une culture et d’une société riches, et elle voulait nous apporter cela à tous.”

“Un pro à un autre niveau”

“Elle avait cette capacité quasi surhumaine d’empathie, de se connecter avec les gens”, a déclaré Dimitri Katadotis, qui a produit Kelly lorsqu’elle a animé l’émission du week-end, Tout en un week-end.

Il y avait des moments où j’étais là, la regardant et l’écoutant mener une interview, avec un chanteur d’opéra, un comédien réputé, un auteur suave des États-Unis, un scientifique, un organisateur communautaire, et c’était comme assister à une conversation intime.

“Les gens se sont ouverts à elle, ont voulu, n’ont pas pu s’empêcher de le faire. Cette capacité a fait d’elle une journaliste exceptionnelle, une professionnelle à un autre niveau… J’étais en admiration devant elle.”

Jeanette Kelly, animatrice de Cinq à Six sur CBC, interviewe le romancier Trevor Ferguson à propos de son dernier livre, Seven Days Dead. (Frank Opolko / Radio-Canada)

Ses filles se souviennent comment, lorsqu’elles étaient jeunes, leur mère les amenait à la CBC, afin qu’elles puissent apercevoir un musicien ou une autre vedette qu’elle devait interviewer.

“C’est ainsi que nous avons rencontré Corneille et Sam Roberts”, a déclaré Elsa. “Une fois, ma mère interviewait Chantal Kreviazuk, et mon amie Francesca et moi étions de grands fans. Nous sommes allés en studio et lui avons posé des questions. Des extraits de notre entrevue ont été diffusés.”

“Notre mère nous a donné accès aux étoiles ! Cela nous a rendus très cool, en tant qu’adolescents.”

Jeanette Kelly, vue ici avec ses filles, de gauche à droite, Jessica, Paule et Elsa en 2016. (Soumis par Elsa Kelly-Rhéaume)

Pendant des années, Kelly avait un créneau horaire de 17 h 10 à l’émission de CBC Montréal Home Runanimée par Bernard St-Laurent, qui l’avait aussi côtoyée du temps de Québec.

“C’était une joie d’être en ondes avec elle”, a déclaré St-Laurent. “L’émission était un véhicule pour elle pour partager ses histoires, et parce que nous nous connaissions si bien, nous étions juste en train d’avoir une conversation. Nous aurions des ennuis avec le producteur, dépassant l’horloge.”

REGARDER | “Un intervieweur inspiré” qui a fait “vivre des sujets inspirants”:

Un regard sur l’héritage de la journaliste de CBC Jeanette Kelly

Parmi les voix partageant leurs souvenirs de la journaliste de longue date de la CBC, Jeanette Kelly, figurent celles qu’elle a interviewées et couvertes sur la scène artistique et culturelle. Kelly est décédée jeudi. 2:03

À partir de la fin de 2010, Kelly a animé sa propre émission hebdomadaire sur les arts et la culture, Cinq à sixinterviewant des romanciers et des marionnettistes, des conservateurs d’art et des architectes, des poètes et des stars de cinéma, et couvrant la gamme des histoires culturelles en profondeur et avec passion.

Elle n’a pas hésité à polémiquer. Bien avant la promulgation de la loi québécoise sur la laïcité, le projet de loi 21, Kelly s’est plongé dans le débat sur le hijab musulman.

« Nous jouions une pièce intitulée Vivre dans un tourbillon“, se souvient le dramaturge Rahul Varma, directeur artistique du théâtre Teesri Duniya. Plutôt que de se précipiter avec son micro pour poser quelques questions, puis de repartir à toute vitesse, Kelly a traîné pour regarder toute la pièce, sur la lutte des femmes déplacées par guerre.

“Elle est restée au théâtre non seulement pour une conversation sur le hijab ou la controverse sur le foulard, mais pour tout comprendre”, a déclaré Varma. Avec Jeanette Kelly, a-t-il dit, l’objectif était toujours “d’avoir cette analyse plus approfondie, d’avoir une question plus profonde. Et avec son sens de l’humour – jamais d’éditorialisation”.

L’animatrice de Cinq à Six, Jeanette Kelly, parle à Kosi Nnebe, à gauche, Keithy Antoine et Stefan Verna des obstacles que rencontrent les jeunes créateurs pour raconter leurs histoires dans les médias grand public. (Nantali Indongo / Radio-Canada)

Kelly a reçu un diagnostic de cancer du sein en 2005 et pendant la majeure partie des 17 années qui ont suivi, elle a été traitée pour une forme de cancer ou une autre. Alors qu’elle refusait de se laisser définir par sa maladie ou qualifiée de ” battante “, sa fille Paule s’est dite ouverte, honnête et généreuse pour partager son expérience avec d’autres femmes diagnostiquées avec la maladie.

En 2012, elle pose pour le photographe montréalais Phil Carpenter pour son livre de portraits, Histoires de seins : les survivantes du cancer parlent.

Sur la photo, elle est assise devant son piano à queue bien-aimé, sa poitrine reconstruite révélée.

“C’était comme si son sourire était définitivement gravé sur son visage”, se souvient Carpenter de ce jour où elle s’est assise pour lui.

“Elle était gentille, gracieuse, accueillante et si ouverte – sur elle-même, ses pensées, ses préoccupations. Et si douce. Pourtant, il y avait une intensité dans son regard que je lisais comme de la détermination, de la conviction, de l’espoir. Depuis lors, chaque fois que je pense à ma chère Jeanette, même maintenant, je souris.”

Jeanette Kelly a continué à vivre pleinement sa vie après sa retraite de CBC en 2016, jouant au tennis, prenant des cours de piano jazz et peignant. Cela a été pris dans le jardin d’un ami à l’été 2021. (Soumis par Mary Hagerman)

Jeanette Kelly laisse dans le deuil ses filles, Jessica, Paule et Elsa, ses petits-enfants Louise, trois ans et demi, Blaise et Henri, tous deux deux, ainsi que ses gendres, Jean-Marcel et Antoine.

Leave a Comment